Échasse blanche (2024)

Petit œil noir sur un plumage blanc,
Long bec, pointu, précis,
Fines pattes rouges, interminables.

L’Échasse est une ode à la légèreté, à la grâce.
Sa présence dans les marais est somptueuse et raffinée.
Mais elle sait se défendre, et les goélands maintes fois harcelés doivent battre retraite.

J’en suis tombé amoureux.
Comment le lui dire ?
Mes mots d’amour se cachent souvent entre les plis de mes origamis.
Alors j’ai tenté.

Petit œil noir sur un plumage blanc,
Long bec, pointu, précis,
Fines pattes rouges, interminables.

 

L’Échasse est une ode à la légèreté, à la grâce.
Sa présence dans les marais est somptueuse et raffinée.
Mais elle sait se défendre, et les goélands maintes fois harcelés doivent battre retraite.

J’en suis tombé amoureux.
Comment le lui dire ?
Mes mots d’amour se cachent souvent entre les plis de mes origamis.
Alors j’ai tenté.

Une longue bande de papier,
Noire d’un côté et blanc de l’autre.
Quelle posture choisir ?
Comment suggérer ce regard-là ?
Comment convoquer cette présence au monde si singulière ?

Pour plier cet origami j’ai sorti le flacon n°12 de mes eaux magiques.
De l’eau de l’étang de Thau, récoltée par mon amie Solenne Muller.
De l’eau dans laquelle l’Échasse a déjà glissée ses deux longues pattes rouges (que je n’ai pu m’empêcher de peindre, tant cette couleur me semblait importante dans notre expérience commune, à vous et moi, lors de nos rencontres avec cet oiseau).
De l’eau magique donc, qui vibrait déjà de sa présence et qui m’a aidé à faire naître ce modèle, c’est certain.

Lorsque je le tiens entre mes mains je suis ému, comme si je tenais l’oiseau.
Et même plus encore.
Puisque c’est de moi (en partie) que vient cet être-là.
Un invisible lien nous unit désormais.
Je sais ce qui se cache sous ton plumage, belle Échasse.
Et je vibre à l’idée de rencontrer encore, prochainement.

Plié à partir d’un rectangle de papier Arches (300 g/m²)