Grand Cachalot (2024)

Plongez avec moi, immergez-vous un instant aux côtés des cachalots ! Ces êtres immenses qui peuplent les océans jusque dans les grandes profondeurs. Ils partent chasser à 2000 mètres sous l’eau, et y restent plusieurs heures. Pendant ce temps, leurs petits sont gardés par des nounous, proche de la surface. Et celles-ci les allaitent, si besoin. Un homme les côtoie avec passion, patience et poésie. Il en parle avec amour, respect et émerveillement. Il s’appelle François Sarano. Et ce qu’il nous apprend des cachalots est émouvant et précieux. On y découvre l’importance des câlins et des caresses : c’est l’une des façons de communiquer qu’ils utilisent le plus. Ces cachalots émettent par ailleurs des clics très puissants pour se repérer, chasser et communiquer : c’est le son émis par un être vivant que l’on pense être le plus puissant du monde ! Mais là où cela devient saisissant, c’est que nous entrons dans l’intimité d’un groupe de cachalots, dirigé par la matriarche Irène Gueule Tordue, et nous découvrons alors les personnalités de chacun des individus… et parfois on les retrouve tous à la verticale, immobiles et silencieux, ils dorment !

J’espère vous avoir donné envie d’en savoir plus, si c’est le cas, foncez lire « Le retour de Moby Dick » de François Sarano. 
Mon origami quant à lui, est né de la rencontre avec ce livre. J’ai été bouleversé au point de vouloir rendre hommage à cette espèce par le pliage d’un morceau de papier. J’ai choisi un long rectangle très épais. Je l’ai mouillé, comme tout futur cachalot qui se respecte, et j’ai tenté de le plier, de le courber, jusqu’à faire naître un jeune cachalot de papier entre mes doigts. 
Et puis il est allé se glisser dans l’eau, son élément, avant de disparaître dans l’infini bleu.

Plié à partir d’un rectangle de papier Arches (185 g/m²)