Gypaèton 2 (2023)

À quelques jours du Noël de l’année 2023 j’ai raconté jour après jour l’histoire de la naissance… d’un gypaète !
Car elle tient vraiment du miracle celle-là ! (Cliquez sur les flèches en
bas pour suivre l’histoire, le numéro du gypaèton vous indiquera le sens
de lecture)

Un oeuf pondu en plein hiver.
Oui.
Plutôt deux.
Mais seul un jeune parvient jusqu’à l’envol.
Dans la littérature on apprend l’existence d’un seul cas, exceptionnel, d’une nichée avec deux jeunes à l’envol (en Ethiopie, en 1996).

Les parents gypaètes couvent pendant 55 jours !
Mais eux, se partagent la tâche ! Ils sont clairement en avance sur nous.

Comment cela se passe-t-il ?
L’adulte, qui était parti se nourrir, se pose à l’aire.
L’autre se lève du nid, salue son partenaire, et s’en va.
Et le premier prend sa place.
Tout va très vite.
Les oeufs ne doivent pas se refroidir.

Pour nous, observateurs, la relève (nom donné à ce passage de relais) est souvent la récompense d’une longue attente : il peut se passer 3 ou 4 heures avant la prochaine. Le plus souvent, nous assistons à une relève et nous repartons, cela veut dire que tout va bien, c’est l’essentiel. Notre attente dans le froid n’est finalement que de très courte durée si on pense à la leur.
On ne peut qu’être admiratif de ces oiseaux qui passent des centaines d’heures, au coeur de l’hiver, à couver leurs oeufs à flanc de falaise.

Après 55 jours à grandir dans un oeuf, et une cinquantaine d’heures à s’extraire de sa coquille, le petit poussin voit le jour !

Miracle.

Une nouvelle aventure commence pour les parents gypaètes, la suite demain !

Sur cette image le jeune gypaète est grand, il a 4 mois.
Nous sommes le 29 mai 2023.
Je suis venu le voir en espérant qu’il m’offre le spectacle de son premier envol.
Mais ce ne sera pas pour aujourd’hui.
Il passera de longues heures à prendre soin de son plumage, ce qui m’a inspiré cet origami.
Il lisse chaque plume de son aile droite, il se prépare pour le grand saut.
Le saut d’une vie.

Plié à partir d’un carré de papier Arches (185 g/m²)