Gypaèton 3 (2023)

À quelques jours du Noël de l’année 2023 j’ai raconté jour après jour l’histoire de la naissance… d’un gypaète !
Car elle tient vraiment du miracle celle-là ! (Cliquez sur les flèches en
bas pour suivre l’histoire, le numéro du gypaèton vous indiquera le sens
de lecture)

Ça y est, le jeune poussin vient de s’extirper de sa coquille.
C’est le moment où il est le plus vulnérable et fragile.

Ses parents le nourrissent avec d’infinies précautions.
Ils arrachent patiemment de petits morceaux de viande avec leur bec sur les os qu’ils ont ramené au nid.
Puis ils les déposent dans le bec de leur petit.

Pour vous donner une image, un gypaète qui nourrit son petit, c’est la délicatesse d’un colibri dans le corps d’un oiseau de presque 3 mètres d’envergure !

Les jours passent, les semaines aussi.
La nourriture du poussin se diversifie et les parents lui donne maintenant des os à manger.
De petits os au début.
Car oui, vous ne le savez peut-être pas, mais la grande particularité de cet oiseau est qu’il se nourrit d’os.
Entiers.
Qu’il avale tout rond.
Et que de puissants sucs digestifs arrivent à dissoudre.

Lorsque les os sont trop gros, ou bien qu’il a trouvé une patte entière par exemple, le gypaète emporte son butin dans les airs et le lâche au dessus d’un pierrier. Le choc permet (parfois) de casser les os, et ainsi, il pourra s’en nourrir. En espagnol, « gypaète » se dit « quebrantahuesos », ce qui signifie « casseur d’os ».

Après quelques semaines, les parents commencent à laisser le jeune seul par moments.
Et comment occupe-t-il son temps ?
Réponse demain !

Sur cette scène en origami, j’ai voulu représenter le jeune gypaète, observé le 2 juin 2023, en plein nourrissage.
Ses deux pattes maintiennent un os et il penche sa tête vers le bas pour tirer avec son bec des morceaux de viande qui y sont accrochés.

Ce jour-là, encore, j’ai espéré qu’il prenne son envol pour la première fois devant mes yeux… mais non…
Sera-t-il encore là quand je monterai à nouveau ?

Plié à partir d’un carré de papier Arches (185 g/m²)