Vautour Percnoptère (2023)

J’ai pleuré en te voyant revenir.
Tu t’es posée sur ce rocher,
Celui-là même que tu affectionnais déjà l’an passé.
Il a dû t’attendre lui aussi.
Tu étais partie si loin.

L’Afrique.

Désert, vent de sable,
chaleur et baobab.
Quels hommes et femmes t’ont côtoyé ?
Dans quelles langues t’ont-ils parlé ?
Quels paysages, dans tes yeux, se sont reflétés ?
Milles questions sans réponses.
Et tant de secrets enfouis dans le duvet de ton plumage sacré.

 

On me dit que les Égyptiens te vénéraient.
Que tu étais l’incarnation de la déesse Mout, « la Mère ».
Celle qui enfante.

Silence
Battements d’ailes
Long voyage
Te voilà.

Enfanter.
C’est pour cela que tu es revenue.

Tes plumes survolant le Sahara
Battent désormais au dessus de moi.

Ton amour de toujours est arrivé deux jours plus tard.
Votre couple est réuni, le printemps peut commencer !

Je t’avais pliée en vol l’an passé.
Te voilà posée.

L’émotion de ces derniers jours dans mon coeur
A modelé ce carré de papier entre mes mains.

Il faut croire que je suis un peu égyptien.

Plié à partir d’un carré de papier Arches (185 g/m²)